France : tourisme et action anti-Uber

France : tourisme et action anti-Uber

France : tourisme et action anti-Uber

Tout le monde a sans doute déjà entendu parler de « Uber », un système qui a commencé à se répandre aux Etats-Unis et qui s’est rapidement propagé en France. Selon les médias, le système Uber représente un véritable danger pour l’économie de la France.

uber.jpg

En effet, le tourisme constitue l’une des principales revenus du gouvernement Français, cependant, depuis l’ubérisation des moyens de transport, les touristes ne sollicite plus les services que le gouvernement met à leur disposition tels que les services de mobilité et les taxis ordinaires sont de moins en moins sollicités. L’Etat souhaite ainsi effectuer des actions anti-Uber.

L’établissement d’un registre national de géolocalisation

En France, lorsqu’on parle d’Uber on sait immédiatement qu’il s’agit de « taxi moins cher », ce qui n’a rien d’étonnant car les chauffeurs n’étant pas forcément des chauffeurs de taxi confirmés ne s’acquittent pas des responsabilités fiscales attribuées à tous les chauffeurs de taxi. Pour pallier à cela, le gouvernement français souhaite mettre en place un registre national de géolocalisation qui permettra de déterminer la disponibilité des voitures dans une ville.

action-anti-uber.jpg

Cette action anti-Uber consiste en quelque sorte à créer un système permettant aux habitants de retrouver facilement un taxi en se servant d’une application. Ce registre est censé regrouper plus de 40 000 chauffeurs de taxi et sera normalement géré par le secrétariat général pour la modernisation de l’action publique.

L’interdiction des frais d’approche

L’un des avantages fait bénéficier le système « Uber » est que si les clients annulent le taxi en moins de cinq minutes, des frais d’approches ne seront pas appliqués. Le gouvernement cherchant ainsi  à anéantir ce système prévoit d’interdirecomplètement les frais d’approches. Cela signifie que si le client ne se présente pas au rendez-vous, le chauffeur n’appliquera pas des frais d’annulation. Bien que cette action anti-Uber n’ait pas encore été mise en place dans toutes les villes Françaises, trois types d’applications sont déjà disponibles à Montpellier, à savoir le Zaléou, le Taxi Proxi et le Tedycab.